Responsive image
Responsive image
Responsive image
Responsive image

La volonté du gouvernement est de démanteler EDF en séparant le nucléaire, les réseaux et les autres activités pour pouvoir céder des pans entiers d’activités au privé.

Hercule : les 12 travaux de démantèlement..
Eléments de langage

HERCULE, c’est l’explosion du prix des factures pour les clients ! C’est ça les conséquences du projet Présidentiel de la désintégration d’EDF.

Hercule c’est pour se faire du fric entre amis

Hercule, sorti tout droit du cerveau de Macron, c’est tout simplement la casse d’EDF pour faire rentrer dans le marché de l’énergie tous les amis de la Macronie. C’est éclater et désoptimiser totalement un secteur en liquidant son entreprise phare EDF pour se faire un maximum de cash sur le dos des clients qui vont voir à terme leurs factures exploser…

Avant, avec EDF 100% publique et le modèle de la CGT les usagers étaient chouchoutés… avec la dérégulation et le modèle Hercule de la Macronie les clients seront rincés. Quel recul !



Responsive image

Action 8 Mai 2019
Action 8 Mai mars 2019

Responsive image

Action 1 Er Mai 2019
Action 1 Er Mai mars 2019

Responsive image

Action 19 mars 2019
Action 19 Mars mars 2019

Responsive image

Un 19 mars au coeur des revendications des travailleurs.

Action 19 mars 2019
Action 19 Mars mars 2019

Responsive image

Tempête du 7 Mars 2019 en Haute Loire :
les équipes d'Enedis ont sorti le bleu de chauffe pour rétablir le courant...

Tempete 7 mars 2019
Tempete 7 mars 2019

Responsive image

Responsive image

ENERGIE, LA COUR DES COMPTES TENTE D’OPPOSER LES SALARIÉS ET LES USAGERS !

Une raison supplémentaire de se joindre au rassemblement prévu Samedi 9 Février à 14 H Parking D'aiguilhe.

En ce début d’année 2019, la situation sociale est toujours très tendue et aucune proposition n’a été apportée pour répondre aux revendications autour du pouvoir d’achat et du coût de la transition énergétique. Pire, le gouvernement annonce une transformation du régime des retraites et la CRE propose une augmentation des tarifs de l’électricité de 6%.

Étrangement dans la même période, la Cour des comptes publie un rapport stigmatisant la rémunération des salariés d’EDF SA, leurs garanties collectives et leur régime de retraite.

La FNME CGT s’interroge sur la démarche d’une institution qui apparaît comme le bras armé des réformistes néolibéraux.

Ce rapport servirait-il à mettre en opposition les usagers et les salariés pour masquer le manque de propositions du gouvernement ?

Cette institution se permet des comparaisons entre la rémunération moyenne à EDF SA et celle médiane dans d’autres entreprises de l’énergie… Autant comparer les choux et les carottes…

Elle met aussi en évidence la question des « avantages » en nature, qui sont en réalité des éléments à part entière du contrat de travail.

Ces « avantages » font l’objet d’une nouvelle stigmatisation en faisant cette fois-ci des erreurs grossières.

C’est notamment le cas concernant le montant acquitté par les salariés sur leur facture d’électricité qui n’est pas de 4% mais de 10% et soumis à TVA.

La FNME CGT n’est pas dupe de la démarche dans une période où les méfaits de la libéralisation de l’énergie se font sentir chaque jour pour les salariés et les usagers.

La Cour des comptes tente de criminaliser les garanties collectives des travailleurs de l’énergie pour en faire les seuls responsables de l’augmentation de la facture d’énergie.

Par contre, les donneurs de leçons de la Cour des comptes oublient de critiquer les 24,5 milliards d’euros de dividendes versés par EDF aux actionnaires sur la dernière décennie.

La rémunération des salariés d’EDF SA ne pèse que pour 4% de la facture des usagers, les économies ne sont certainement pas à effectuer sur ce domaine mais plus sur les dividendes qui s’élèvent en moyenne à 2 milliards par an !

Ils oublient aussi de faire le bilan de la dérèglementation du secteur énergétique pour avoir un véritable regard sur l’impact du coût de la désintégration du système.

Pour la FNME CGT, c’est cette casse des monopoles publics qui fait s’envoler les prix.

C’est pour cela que la FNME CGT propose le passage de la TVA de 20% à 5,5%, considérant l’énergie comme produit de première nécessité, qui aurait lui un impact plus que significatif sur le pouvoir d’achat des Français.

Responsive image

Responsive image

Au fil de l'actu....

Depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injhttps://cgtenergie43.fr/images/2019/TrHydro18012019_2.jpgustices sociales, territoriales et fiscales. La CGT n’a cessé d’alerter les pouvoirs publics, de mobiliser dans les entreprises et les services contre des reformes régressives et pour une autre répartition des richesses produites dans le pays...

Depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales. La CGT n’a cessé d’alerter les pouvoirs publics, de mobiliser dans les entreprises et les services contre des reformes régressives et pour une autre répartition des richesses produites dans le pays. Gouvernement et patronat sont restés sourds et sont responsables de la crise actuelle. Ce ne sont pas les mesurettes récentes annoncées par le gouvernement en réponse au mouvement des gilets jaunes qui répondent aux urgences sociales.

Les 57 milliards d’euros versés aux actionnaires des grandes entreprises démontrent l’ampleur des richesses créées par les travailleurs.

Au-delà des mobilisations des citoyen-ne-s depuis de nombreuses semaines, il est indispensable de construire un rapport de force, notamment par la grève, pour imposer au patronat la redistribution des richesses.

La CGT appelle les salarié-e-s, les agent-e-s, les jeunes comme les retraité-e-s, les privé-e-s d’emploi à se mobiliser ensemble par la grève et les manifestations pour obtenir :
  • une augmentation du Smic, du point d’indice, de tous les salaires et pensions ainsi que des minimas sociaux ;
  • une réforme de la fiscalité : une refonte de l’impôt sur le revenu lui conférant une plus grande progressivité afin d’assurer une plus grande redistribution des richesses et d’alléger le poids de l’impôt indirect (TVA, TICPE) pénalisant les salariés et les ménages, le paiement des impôts en France de grandes sociétés (ex. : GAFA), une imposition plus forte des plus hauts revenus et de la détention de capital ;
  • la suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, et exonérations diverses, etc.) qui ne servent ni l’emploi, ni la revalorisation des salaires, ni l’investissement de l’appareil productif et mettent à mal notre protection sociale ;
  • le développement des services publics, partout sur le territoire, en réponse aux besoins de la population, avec des moyens suffisants en personnels pour un bon exercice de leurs missions ;
  • le respect des libertés publiques tel que le droit de manifester remis en cause par le gouvernement.
La CGT appelle à tenir des assemblées générales, sur tous les lieux de travail et dans tous les secteurs professionnels, pour réussir la grève et les manifestations le mardi 5 février 2019 et débattre des suites à construire dans la durée.
Comme nous l'avions fait en décembre auprés d'Isabelle VALENTIN, Aurélien MINGOT et Joseph BOYER, responsable du Syndicat CGT Energie 43 ont rencontré Jean Pierre VIGIER pour l'interpeller sur les excédents CAMIEG afin que ces deniers puissent être utilisés pour améliorer les prestations des bénéficiaires salriés actifs et retraités en matière de protection sociale. Nous avons profité de cette entrevue pour aborder la question du service public de l'Energie en Haute Loire.

Le député nous écouté et nous a demandé de lui faire part d'une proposition de question écrite pour qu'il interpelle le gouvernement.

La CGT réouvre des boutiques EDF !!!


Responsive image

Responsive image

Depuis bientôt 2 semaines la mobilisation dite des "gilets jaunes" continue, elle démontre un refus massif de l'injustice sociale. Comme de nombreuses structures, la CGT Haute Loire a pris plusieurs initiatives (tracts, communiqués) pour que, quelle que soit la couleur de notre gilet, les mobilisations convergent. Dans son dernier communiqué, la confédération CGT fait de même. Il faut accompagner le mouvement profond des salariés, retraités et privés d'emplois pour la justice fiscale et sociale.

Responsive image

Hydraulique : Le personnel ouvre une brèche dans le barrage de la Direction !!!

Responsive image

Agissons : urgence, salaires, emplois et justice sociale

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Responsive image
Responsive image

Responsive image

<-- 15 Novembre 2018 -->

Responsive image

Responsive image

Responsive image
Responsive image

Responsive image

LETTRE OUVERTE DE LA FNME-CGT AUX EMPLOYEURS DE LA BRANCHE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES

Suite au "printemps des luttes" qui a démontré un engagement de haut niveau des salarié.e.s des IEG pour faire aboutir leurs revendications et suite à la posture dénigrante et répressive des directions, le Secrétaire Général adresse une lettre ouverte aux employeurs des IEG:

Montreuil, le 5 Septembre 2018.

Mesdames, Messieurs,

En cette période trouble et incertaine que vivent les salariés des IEG, vous avez choisi de rester sourds aux revendications du personnel en lutte et d’emprunter la voie de la répression. Dans ce contexte où plus de 300 agents sont convoqués sous diverses formes, la FNME CGT vous adresse cette lettre ouverte pour condamner avec la plus grande fermeté vos agissements.

Les femmes et les hommes qui travaillent dans la Branche des Industries Electriques et Gazières aspirent à une vie meilleure. Ils méritent de la considération, de la reconnaissance et une vraie amélioration de leurs conditions de travail.

Les gouvernements successifs, guidés par l’idéologie libérale, ont choisi de casser un modèle au profit de la loi du marché et de ses corollaires que sont les privatisations, la concurrence, la déréglementation, etc. L’énergie n’est pas une marchandise comme les autres, elle est vitale pour le développement et pour assurer une vie décente aux citoyens/usagers que vous avez transformés en clients.

Ainsi, en passant d’une logique de service public pour répondre aux besoins de la nation vers le business énergétique pour rétribuer les actionnaires, c’est tout le sens du travail qui a été détruit. Jetant ainsi les travailleurs de l’énergie dans l’incompréhension de leurs missions, ils perdent peu à peu le sens de ce qu’ils ont à réaliser au quotidien car il n’y a aucune logique mise à part celle du profit maximum.

Le Gouvernement vous soutient dans cette voie mais nous savons tous que le libéralisme n’apportera jamais de salut à la politique énergétique. Faire croire que la réponse aux besoins est compatible avec la loi du profit est un leurre pour les usagers, tout comme pour les salariés des IEG qui se retrouvent malgré eux en première ligne de ce mensonge.

Obnubilés à jouer au Monopoli énergétique, vous n’avez pas conscience de la réalité des travailleurs des IEG. Prenez donc leur place, ne serait-ce qu’une semaine, pour vous rendre compte de ce qu’ils subissent au quotidien. La politique managériale, les choix d’organisation du travail, la culture du résultat, de la rentabilité, de la performance n’entraînent que la perte du sens de leur travail.

Les méthodes sont source de démotivation, d’écœurement et génèrent de la souffrance à tous les niveaux. Cadres, Ingénieurs, Agents de maîtrise, Techniciens, Ouvriers et Employés n’arrivent plus à se réaliser dans ces conditions !

Malgré tout cela, les salariés des IEG s’accrochent et s’acharnent à faire vivre le service public. Mais vos injonctions contradictoires font peser des risques psycho-sociaux qui nous conduisent vers des situations très graves pour la santé et la vie des salariés des IEG. D’autres secteurs d’activités, notamment les télécommunications, soumis aux mêmes contraintes, connaissent en nombre des drames, tels les suicides, que nous nous refusons de vivre dans les IEG. Des signes avant-coureurs nous laissent penser que certaines entreprises de notre branche professionnelle sont déjà concernées!

Malheureusement, les mêmes causes entraînent toujours les mêmes conséquences mais après lecture de cette lettre ouverte, vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas !

Vous tentez de renverser la situation par la répression et de mettre K.O. celles et ceux qui sortent du rang mais cette stratégie ne fera que jeter le chaos. Cette stratégie ne fera qu’accentuer leur colère et risque de les pousser dans des actions incontrôlées et en dehors du champ syndical !

Avez-vous conscience que toutes vos décisions conduisent les femmes et les hommes des IEG à agir ? Non puisque, dans ce contexte, votre responsabilité n’est pas de vous attaquer aux conséquences de vos choix mais bien à la cause. Vous n’arriverez pas à faire taire les salariés des IEG car ce qu’ils vivent est injuste et incohérent. Nous continuerons à les soutenir et à les mobiliser car il nous semble bien plus sain de lutter que desubir.

Nous savons que votre réaction est guidée par la peur, celle de vous voir confrontés à la réalité sociale, ainsi vous avez recours à la répression avec pour objectif d’étouffer la colère.

  • A force de ne pas répondre aux revendications légitimes des salariés comme en 2017 où vous vous êtes permis de décider de 0% d’augmentation du SNB dans la branche des IEG;
  • A force de ne pas reconnaître l’engagement des travailleurs, de réduire les effectifs, de désorganiser le travail ;
  • A force de mépriser les corps intermédiaires, de rendre illégitime l’action des syndicats ;
  • A force de réduire les moyens syndicaux, de faire fi des organisations syndicales qui sont obsolètes et ringardes à vos yeux comme à ceux du Gouvernement ;
  • A force de répandre l’idée que les syndicats ne servent plus à rien dans ce nouveau monde.
Et bien OUI ! Vous faites face aux salariés !!!!

Alors au lieu de manier le bâton, ouvrez des négociations !

Car la seule solution pour sortir de cette crise, c’est de répondre aux revendications légitimes des salariés. Réprimer ne fera que faire monter les tensions et nous conduira vers le pire. Toutes formes d’intimidations, lettres et convocations, ne sont que le reflet de votre peur et de votre stratégie d’évitement !

Répondre favorablement aux revendications légitimes des salariés est la seule démarche responsable dans cette situation.

La FNME-CGT et l’ensemble de ces militants sont du côté des salariés et les soutiennent dans leur lutte responsable et digne.

Aucune ambiguïté pour la FNME-CGT, la lutte continue ! Recevez, Mesdames, Messieurs, nos salutations distinguées.

Le Secrétaire Général,

Sébastien MENESPLIER

Responsive image

Responsive image

Responsive image

Responsive image
Responsive image

Responsive image

L'action continue en Haute Loire comme dans 150 sites d'ENEDIS et de GrDF en France
Les 20 et 21 Juin 2018 Echange entre la Direction et le Personnel sur le site de Ste Catherine.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Le site ENEDIS et de GrDF de Ste Catherine occupé par les agents en grève.

Suite aux derrières annonces gouvernementales et dans la continuité des mobilisations en cours, les salariés de Enedis et GRDF avec le syndicat Energie 43 ont débrayé ce mercredi matin 13 juin pour exiger l’arrêt de la casse du service public de l’Energie.

Réunis en assemblée générale, ils ont décidé de reconduire le mouvement en défense des emplois, des salaires et des statuts.

  • - l’embauche des personnels intérimaires et en CDD au statut IEG
  • - l’arrêt des suppressions d’emplois
  • - l’augmentation de 10% des salaires pour tous
  • - la ré-internalisation des activités électricité et gaz

Responsive image

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Responsive image

Responsive image

Manifestation / Vidéo
1er mai : l'intersyndicale a défilé au Puy-en-Velay

Video et photo : Eveil de la Haute Loire

La manifestation du 1er mai a réuni ce mardi matin environ 700 personnes dans les rues de cité ponote. Les participants se sont réunis à 11 heures sur la place Cadelade au Puy en Velay.

Responsive image

Responsive image

Responsive image

Responsive image

La fédération CGT des Mines et de l'Énergie appelle tous ses syndicats à organiser la mobilisation des salariés des filières à partir du 3 avril et pour trois mois avec des arrêts de travail. Il s'agit de promouvoir le service public et de contribuer à une convergence des luttes en cours, notamment dans la perspective de l'appel national interprofessionnel lancé par la CGT pour le 19 avril.

Responsive image


  • Action22032018_1
  • Action22032018_2
  • wowslider
  • Action22032018_4
http://wowslider.net/ by WOWSlider.com v8.7

Responsive image

Responsive image

Responsive image

Responsive image

Responsive image

Responsive image

Revenir sur les années précédentes....

Année 2017 Année 2016 Année 2015