-->
Responsive image
Série de videos.
P.P.E.
Numéro 1.
Responsive image
Numéro2.
Responsive image
Numéro 3.
Responsive image
Numéro 4.
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 6 Novembre 2022.

Responsive image
Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 3 Novembre 2022.

Responsive image
Responsive image
Responsive image
Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 26 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 14 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 14 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 14 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 14 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 11 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 11 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 11 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 11 Octobre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 30 Septembre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 23 Septembre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 23 Septembre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 1 Er Septembre 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 24 Juillet 2022.

Responsive image
Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 8 Juillet 2022.

Fabrice Coudour à France Info : Projet de renationalisation d'EDF : "C'est de la pure communication", réagit Fabrice Coudour, secrétaire fédéral de la FNME-CGT

Ecoutez l'interview

Le plus beau tour de magie, c'est que [la Première ministre] n'apporte aucune solution pour les citoyens et leurs factures", estime sur franceinfo le syndicaliste.

Renationaliser à 100% l'énergéticien EDF, "c'est de la pure communication", réagit mercredi 6 juin sur franceinfo Fabrice Coudour, le secrétaire fédéral de la Fédération nationale des mines et de l'énergie CGT (FNME-CGT). La Première ministre Élisabeth Borne a annoncé quelques heures plus tôt ce projet du gouvernement lors de sa déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale.

>> Réforme des retraites, renationalisation d'EDF, pouvoir d'achat… Ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Elisabeth Borne.

"C'est de la pure communication", lance Fabrice Coudour, "et un tour de passe-passe prodigieux parce qu'elle n'a jamais prononcé le mot et tout le monde parle de renationalisation, parce qu'elle n'a parlé que d'étatisation avec un État actionnaire unique qui décidera seul du démantèlement d'EDF sans aucun débat parlementaire, et parce qu'elle n'a jamais parlé de l'échec de 20 ans de marché de l'énergie, source de tous nos problèmes et pointé par la Cour des comptes dans un rapport cette semaine."

"Le plus beau tour de magie" poursuit le syndicaliste, "c'est qu'elle n'apporte aucune solution pour les citoyens et leurs factures." Pour Fabrice Coudour, cette annonce n'est "certainement pas" un retour au service public.

"C'est un retour à une situation où l'État décidera seul, un retour du projet Hercule de démantèlement de l'entreprise pour vendre aux copains du CAC 40 tous les morceaux qui rapportent."

Fabrice Coudour, secrétaire fédéral de la Fédération nationale des mines et de l'énergie CGT (FNME-CGT) à franceinfo

Pour le syndicaliste, "il faut du courage politique. Ça passe par une vraie nationalisation de tout le secteur, à commencer par EDF en EPIC [Etablissement public à caractère industriel et commercial]. Et surtout, il faut sortir l'électricité et le gaz, qui sont des biens de première nécessité, du marché. Abaisser aussi en urgence la TVA à 5,5% pour agir sur les factures des usagers et revenir aux tarifs encadrés de vente."

Responsive image

Mis en ligne : 8 Juillet 2022.

Que faut-il comprendre de l'annonce de la Première ministre Élisabeth Borne du souhait de l'État de détenir 100% du capital d'EDF ? Faut-il s'en inquiéter ? Pour Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, invité d'Europe Matin jeudi, "c'est une décision nécessaire pour le pays" car "l'indépendance énergétique n'a pas de prix".

Responsive image

Mis en ligne : 8 Juillet 2022.

Nationalisation d'EDF : pourquoi faire ?

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 8 Juillet 2022.

Mesures exceptionnelles des employeurs...
La FNME-CGT ne signe pas pour des miettes...

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 1 Er Juillet 2022.

Dernière ligne droite !
Lundi 4 Juillet 2022 !

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 1 Er Juillet 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 1 Er Juillet 2022.

CGT INFO CMCAS des INSTANCES du bureau et de
l’Assemblée Générale des 14 et 24 juin 2022.
Appel pour le 4 Juillet.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 27 Juin 2022.

Le 28 Juin, l'Action se poursuit !
Revalorisation des salaires et des pensions.

Responsive image
Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 17 Juin 2022.

Responsive image
Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 2 Juin 2022.

RESULTAT JOURNEE D'ACTION NATIONALE 2 JUIN 2022
PERTE POUVOIR D'ACHAT.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 2 Juin 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 25 Mai 2022.

JOURNEE D'ACTION NATIONALE 2 JUIN 2022
PERTE POUVOIR D'ACHAT.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 27 Avril 2022.

Dans son projet de réforme des retraites, Emmanuel Macron prévoit la fin des régimes spéciaux pour les nouveaux entrants. Inacceptable, pour Sébastien Menesplier, secrétaire général de la CGT Mines-Énergie.

Le chef de l’État, réélu, défend un nouveau projet de réforme des retraites. Il propose notamment, s’il obtient la majorité à l’Assemblée nationale, de supprimer les régimes spéciaux pour les nouveaux entrants, chez EDF par exemple. Invité éco de franceinfo, Sébastien Menesplier, secrétaire général de la CGT Mines-Énergie, annonce déjà qu’il s’y oppose : "Le régime spécial doit être maintenu".

"Je peux vous dire que la fédération Mines-Énergie appellera les travailleurs à faire grève autant que possible pour s’opposer à cette réforme", avertit-il. Sébastien Menesplier défend un "régime excédentaire, autofinancé, et qui est un exemple pour tout le monde du travail". Le leader syndical estime que les entreprises du secteur pourront continuer à soutenir ce régime spécial, malgré les finances dégradées d’EDF : "Les industries électriques et gazières, ce n’est pas qu’EDF".

"Notre régime spécial reconnaît la pénibilité, et permet d’anticiper les départs à la retraite à 57,5 ans."

Responsive image

Mis en ligne : 27 Avril 2022.

JOURNEE D'ACTION INTERFEDERALE 12 MAI 2022
PERTE POUVOIR D'ACHAT.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 27 Avril 2022.

Journée d'appel pour le 1er mai 2022

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 27 Avril 2022.

La grève s’étend à RTE (Réseau de Transport de l’Electricité)

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 18 Avril 2022.

Déclaration de direction confédérale CGT du 12 avril 2022

L’extrême droite raciste, antisémite et xénophobe est toujours la pire ennemie des travailleurs, des grèves et des syndicats : elle doit être combattue partout. Avant comme après les élections, la CGT s’opposera aux reculs sociaux et construira avec les salarié.es les luttes légitimes et necessaires contre le projet de retraite à 65 ans, pour l'augmentation des salaires comme des pensions.

Pas une voix du monde du travail pour l'extrême droite ! Le progrès social comme seul objectif
Déclaration de la direction confédérale CGT du 12 avril 2022

Les réalités de la vie des travailleuses et travailleurs de ce pays, des jeunes, des privé.es d’emploi, des retraité.es, ont émergé difficilement dans un débat politique qui a tourné en boucle autour des thèmes imposés par l’extrême droite.

La vie chère, les luttes et les mobilisations ont permis de parler salaires, pensions, emplois, conditions de travail.

La première préoccupation de la population est de savoir comment remplir le réfrigérateur, faire le plein de la voiture, trouver ou garder un emploi, se projeter vers l’avenir malgré la précarité et les conditions de travail difficiles.

Le taux d’abstention de 26 % du premier tour des élections présidentielles est inquiétant et révélateur de la difficulté pour une part importante de la population de penser que la vie quotidienne pourrait s’améliorer grâce à cette élection.

La situation est grave, en France l’extrême droite est aux portes de l’Elysée.

Le gouvernement et le président sortant portent une lourde responsabilité sur la perte de sens du débat politique et la banalisation des idées d’extrême droite.

Le mépris du président, des ministres et des élus de l’actuelle majorité, pour la population de ce pays, s’est manifesté tout au long du quinquennat, dans les paroles comme dans les actes.

Il est de notre responsabilité de dire que la politique de régression sociale, en soutien permanent du patronat, menée durant ce quinquennat comme ceux qui l’ont précédé, porte en conscience la responsabilité de la montée de l’extrême droite.

Malgré les applaudissements et les discours pompeux, le gouvernement a poursuivi la destruction des services publics alors que ceux-ci sont indispensables pour assurer l’égalité d’accès de toutes et tous à la santé, à l’éducation, à la culture.

Ils ont systématiquement défendu les intérêts des plus riches plutôt que le bien commun et la lutte contre le réchauffement climatique.

Ne pas répondre aux légitimes exigences sociales des salarié.es d’augmenter les salaires comme les pensions, ou encore s’entêter à maintenir le projet de retraites à 65 ans, serait lourd de conséquence.

Surfant sur les divisions et la désespérance sociale, l’extrême droite, à travers le score de la candidate Le Pen mais aussi de Zemmour et de Dupont-Aignan, a cumulé au 1er tour à plus de 32% des suffrages exprimés.

La CGT réaffirme que ces partis et leurs programmes vont à l’encontre de l’intérêt du monde du travail.

Au cours de l’histoire comme aujourd’hui dans de nombreux pays, les dirigeants se réclamant de cette idéologie, à l’image de Poutine, Bolsonaro, Orbàn, suppriment les libertés syndicales et démocratiques, cassent les garanties sociales, divisent les travailleurs et les travailleuses, brisent les solidarités.

Partout dans le monde, l’extrême droite, en focalisant son programme sur de fausses explications de la crise, exonère le patronat et les vrais responsables en trompant la légitime colère sociale de la population.

L’extrême droite raciste, antisémite et xénophobe est toujours la pire ennemie des travailleurs, des grèves et des syndicats.

Toujours discriminante, c’est aussi l’ennemie des droits des femmes, des LGBT, de toutes les libertés démocratiques et de la paix. Leur proposition de mise en place de la préférence nationale, renommée priorité nationale, instaurerait un régime de discrimination systémique dans le pays.

L’histoire le montre, il y a une différence de nature entre les partis républicains qui accèdent au pouvoir et le cèdent et l’extrême droite qui une fois arrivée au pouvoir le confisque.

A l’opposé, la CGT porte une histoire de luttes contre l’extrême droite et des valeurs universelles de solidarité, de fraternité, d’égalité entre les salariés, par-delà leur statut, leur origine, leur nationalité, leurs opinions philosophiques ou religieuses.

La CGT n’est pas propriétaire des voix de ses syndiqué.es. Notre organisation est indépendante mais pas neutre, elle porte une histoire et des valeurs collectives opposées de celles de l’extrême droite.

Pas une voix du monde du travail pour l’extrême droite, elle doit être combattue partout.

Avant comme après les élections, la CGT s’opposera aux reculs sociaux et construira avec les travailleurs et les travailleuses les luttes nécessaires à la défense de leurs intérêts.

D’ores et déjà, pour nos salaires, nos retraites et nos emplois, la CGT appelle l’ensemble des salarié.es et des organisations syndicales à faire du 1er mai une journée de mobilisation unitaire exceptionnelle pour porter ces revendications, une journée de rassemblement pour les droits des travailleurs et des travailleuses, le progrès social, la liberté, l’égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

Responsive image

Mis en ligne : 1er Avril 2022.

Langogne dans la colère.

A la suite du préavis de grève déposé par les syndicats CGT et UFICT CGT Energie 43 et d’une première négociation sans aucune avancée qui a eu lieu le 29 mars après midi, les salariés de Langogne ont entamé un mouvement de grève et revendiquent la republication du poste de responsable d’équipe sur le site de Langogne.

Aujourd’hui jeudi 31 mars Les agents de la base opérationnelle de Langogne 48 étaient en grève, soutenus par les agents des bases opérationnelles de Brioude, du Puy, d’Yssingeaux, ainsi que par les agents de la production Hydraulique d’EDF de Brives Charensac. Ils ont affiché leur détermination à gagner sur leurs revendications.

L’employeur n’ayant pris aucune disposition pour entrer en contact avec les salariés grévistes, les agents de Langogne font le choix d’interpeller dès demain les collectivités locales et seront reçus par les élus dans la matinée du 1 avril.

Les syndicats CGT et UFICT CGT Energie 43 appellent l’ensemble des Gaziers et Electriciens actifs et retraités à soutenir par tous les moyens les agents de Langogne.

Notre Mission de service public n’a pas de prix, luttons et gagnons sur nos revendications.

Ceux qui vivent sont ceux qui luttent.

Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 1er Avril 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 17 Mars 2022.

Survolez les travaux du 7 ème congrés de la FNME CGT en mode virtuel.

Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 6 Mars 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 6 Mars 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 6 Mars 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 13 fevrier 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 10 fevrier 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 10 fevrier 2022.

Responsive image
Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 10 fevrier 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 21 Janvier 2022.

Il y a urgence pour défendre :
les salaires, les pensions,nos entreprises de l'Energie.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 21 Janvier 2022.

Responsive image
Responsive image

Responsive image

Mis en ligne : 21 Janvier 2022.

Responsive image
Responsive image

Revenir sur les années précédentes....

Année 2021 Année 2020 Année 2019 Année 2018 Année 2017 Année 2016 Année 2015